Chaque adolescent traverse une phase de rébellion, mais le pianiste local Wang Congyu a franchi une nouvelle étape lorsqu'il s'est enfui de chez lui et s'est envolé pour Paris pour s'inscrire dans une prestigieuse école de musique. Le tout sans parler un mot de français ni avoir beaucoup d'argent sur lui après avoir utilisé ses économies pour le billet d'avion.

Wang, alors âgé de 16 ans, avait décroché une bourse d'études à l'École normale de musique de Paris, mais ses parents se sont opposés à ce qu'il l'accepte car ils estimaient qu'il était trop jeune pour partir seul en France.

Après avoir réfléchi au problème pendant quelques jours, Wang a décidé que l'opportunité était trop précieuse pour la laisser passer et est parti sans même passer ses examens de niveau O.

"J'avais des sentiments mitigés au début", se souvient-il. « Une partie de moi se sentait vraiment mal. Mes amis étaient occupés à préparer leurs examens et j'étais là, essayant d'être pianiste et inquiétant mes parents. Mais d'un autre côté, je ne regrette pas ce que j'ai fait, parce que je venait d'un milieu abrité, et quitter la maison m'a forcé à grandir."

Le pari est gagné. Mardi, Wang, 21 ans, a été nommé deuxième récipiendaire singapourien du titre Young Steinway Artist, le pianiste hongrois Adam Gyorgy, qui est également le mentor de Wang, lui a officiellement décerné le titre à la Steinway Gallery du Palais Renaissance.

Le premier pianiste local à recevoir le prix était Abigail Sin en 2009. Il offre des opportunités aux jeunes pianistes talentueux et leur donne accès aux ressources de Steinway & Son.

Wang se souvient à quel point ses débuts à Paris ont été difficiles : il a mené une vie presque nomade pendant sa première année là-bas, car il n'avait nulle part où vivre et peu d'argent. La bourse ne couvrait que ses frais de scolarité; on s'attendait à ce qu'il subvienne à ses propres frais de subsistance.

"Je ne pouvais pas louer d'appartement car j'étais mineur. J'ai dû supplier les gens de me laisser rester avec eux", explique Wang. "Rien n'a été facile. Quelques fois, j'ai même pensé à retourner à Singapour."

Il a fait la navette entre les maisons d'amis avant de rencontrer une famille à l'église. Ils le laissèrent vivre avec eux le reste du temps à Paris.

Et il y avait un autre problème : trouver un piano pour pratiquer.

"Une fois, j'étais chez un ami pendant un moment et il avait un piano. Ses voisins français ont en fait signé une pétition pour nous expulser de l'appartement parce que nous pratiquions toute la journée et qu'ils n'aimaient pas ça. Après ça incident, je n'ai pas pu m'entraîner au piano pendant très longtemps », dit-il.

« À un moment donné, j'étais tellement désespéré que j'ai gravé des touches de piano sur une table pour pouvoir « m'entraîner » dessus.

Après avoir remporté des concours de piano à Bordeux et à Berlin, obtenu l'an dernier un Diplôme Supérieur de la Schola Cantorum de Paris - une autre école privée qu'il a fréquentée - et reçu le titre Steinway, Wang a parcouru un long chemin.

"Je n'aurais jamais pensé que j'irais aussi loin. Certaines personnes appellent cela le destin et d'autres le destin, mais j'appelle cela le plan de Dieu", dit-il.

Il ajoute que ses parents étaient mécontents au début, mais qu'ils sont devenus solidaires lorsqu'ils ont vu qu'il était sérieux au sujet de son amour de la musique.

La directrice générale de la Steinway Gallery Singapore, Celine Goh, qui avait nominé Wang pour le prix, a déclaré que son talent et sa détermination l'avaient convaincue qu'il avait raison pour le titre de Young Steinway Artist.

"J'ai été impressionnée par son palmarès et ses projets futurs. Il a également remporté des concours prestigieux, et il a à la fois les bases et une bonne personnalité. Je pense que c'est quelqu'un qui peut bien représenter la marque Steinway", dit-elle.