Congyu Wang, un jeune pianiste lumineux  

Il n'a que vingt ans, et dix-sept ans d'étude du piano derrière lui. Il a ouvert samedi de façon magistrale les 13e Rencontres musicales de La Verrerie. 

Congyu Wang a fait montre de façon lumineuse de son immense talent de pianisite, faisant vivre des moments extraordinaires à l'auditoire. Sa maîtrise de l'instrument est impressionnante. Il est vrai que le jeune pianiste singapourien a été à bonne école ces dernières années se perfectionnant dès 2008, grâce à une bourse d'étude pour la prestigieuse école normale de musique de Paris Alfred Cortot, auprès de deux pianistes de renom, Jean-Marc Luisada et Odile Catelin-Delangle.  

À la suite, il intègre la Schola Cantorum pour approfondir encore ses connaissances auprès de l'élève unique de Francis Poulenc, Gabriel Tachino. Samedi, son interprétation splendide et délicate de l'Improvisation 5 de Francis Poulenc à ébloui.  

Il avait ouvert le concert sur le Prélude 5 et l'Étude numéro 5, Pour les octaves de Claude Debussy interprétant ces œuvres avec une virtuosité impressionnante. 

La nocturne Op.33 numéro 3 de Fauré achevait de convaincre par un jeu léger et tout en finesse. En deuxième partie, le pianiste mit à l'honneur quatre compositions de Chopin dont il connaît les intégrales à la perfection, comme celles de Poulenc. Un pianiste lumineux d'aisance.