HOMME AVEC UNE MISSION : Le pianiste Wang Congyu est le premier jeune artiste Steinway de cette année. Il dit qu'il a maintenant un travail pour promouvoir la musique classique auprès des gens qui ne connaissent pas cette forme d'art.

PHOTO : STEINWAY GALLERY SINGAPOUR  

QUAND le pianiste classique Wang Congyu a obtenu une bourse pour un prestigieux conservatoire de musique en France, il savait qu'il ne pouvait pas laisser passer cette opportunité.

Ses parents, cependant, n'étaient pas aussi ravis. Ils craignaient que leur deuxième enfant, alors âgé de 16 ans, ait du mal à vivre seul à l'étranger à un si jeune âge.

Et, comme de nombreux parents singapouriens, ils ne considéraient pas les arts comme un choix de carrière durable, a déclaré Wang, aujourd'hui âgé de 21 ans, lors d'une interview à la Steinway Gallery Singapore au Palais Rennaisance hier.

Pourtant, leur fils les a finalement conquis et a passé 3 ans et demi  dans la capitale française étudiant à l'Ecole Normale de Musique de Paris. Il est rentré à Singapour en juillet dernier et attend son enrôlement dans le service national.

"Une mère a toujours un faible pour son fils", a-t-il déclaré à My Paper. Il a dit que ses parents sont maintenant "assez impressionnés par ce que je fais" et sont très favorables.

Son éducation musicale - il a ensuite étudié dans une autre école de musique réputée, la Schola Cantorum de Paris - a certainement porté ses fruits.

Hier, l'ancien élève de l'école secondaire méthodiste Fairfield a été nommé premier Steinway Young Artist de 2013 par le célèbre facteur de piano, rejoignant un groupe exclusif d'environ 60 musiciens émergents dans le monde entier. 

Le programme vise à ouvrir des portes à ces artistes en plein essor.

Wang, qui a remporté les grands prix des concours internationaux de piano à Bordeaux et à Berlin en 2010, est la deuxième Singapourienne à recevoir ce titre, après la pianiste Abigail Sin, 20 ans, en 2009.

Il a déclaré à propos du prix : « Les jeunes n'aiment pas la musique classique parce qu'ils pensent qu'elle est toujours interprétée par des personnes âgées.

"J'ai un travail à faire maintenant, qui est de promouvoir ce que je fais auprès de gens qui ne connaissent pas (à propos de la forme d'art)."  

 

JJ  vbarker@sph.com.sg 
PAR VICTORIA BARKER